Correspondance de P-J Proudhon/04/141

From Proudhon Library
Jump to: navigation, search

[original French]

fait un ouvrage de saine philosophie, à défaut d'un chef-d'œuvre de littérature.

Il est entendu que dans l'Histoire de la Démocratie moderne, l'exposition par ordre de dates, telle que je l'emploie dans le Kronos, ne sera pas suivie; sous ce rapport, les deux ouvrages, quoique formant un tout continu, différeront sensiblement. Il faudra suivre la méthode de MM. Poinson, du Rozier et Des Michels dans leurs abrégés très-substantiels, très-consciencieux et très-exacts, mais très-peu philosophiques, de l'histoire grecque, latine et du Moyeu âge.

En un mot, ne perdons pas de vue que nous ne devons point viser à rendre inutiles les ouvrages faits avant nous ou ceux qui viendront après, mais à faire un traité qui éclaire toute l'histoire de l'humanité et en fixe la philosophie. '

A notre prochaine rencontre, je causerai plus au long de toutes ces choses, et, en vous faisant part de mon propre travail, je vous convaincrai de la facilité avec laquelle je groupe dans un même récit, dans une même idée, une même évolution générale, toute l'histoire par exemple des neuvième et dixième siècles, laquelle comprend comme vous savez du reste:

L'empire de Charlemagne et tous ses démembrements;

L'empire grec d'Orient;

La papauté et le schisme de Photius;

Les Anglais, Saxons, Normands, Slaves, etc.

Le mahométisme, subdivisé en trois ou quatre califats indépendants et en deux grands partis;

La lutte de l'Espagne contre les Maures, etc.

Tout cela, et c'est le monde entier (moins l'extrême Orient, dont l'évolution se fait à part, mais toujours

[English translation]

made a work of sound philosophy, instead of a masterpiece of literature.

It is understood that in the Histoire de la Démocratie moderne, the exposition in order of dates, as I employ it in Kronos, will not be followed; in this regard, the two works, though forming a continuous whole, will differ noticeably. It will be necessary to follow the method of Poinson, du Rozier and Des Michels in their very substantial, conscientious and exact, but insufficiently philosophical summaries of the Greek, Latin and Medieval history.

In a word, let us not loose sight of the fact that we must not aim to render useless the works made before us, or those that will be made after, but to make a treatise which throws light on the whole history of humanity and establishes its philosophy.

At our next meeting, I will speak at more length of all these things, and, in making you a part of my own work, I will convince you of the ease with which I group in a single narrative, a single idea, and single general evolution, all the history for example of the nineteenth and twentieth centuries, which includes as you know besides:

The empire of Charlemagne and all its divisions;

The Greek empire of the Orient;

The papacy and the schism of Photios;

The Angles, Saxons, Normans, Slavs, etc.

Islam, subdivided in three or four independent caliphates and in two great parties;

The war of Spain against the Moors, etc.

All of that, and it is the whole world (minus the Far East, the evolution of which separate, but always